Integration of Migrants into French Society. The limits of the monolingual French universalist model - CY Cergy Paris Université Access content directly
Conference Papers Year : 2022

Integration of Migrants into French Society. The limits of the monolingual French universalist model

Abstract

French is widely used as a criterion for identifying the national community. It has been a political and ideological instrument since the 1789 Revolution. The invention of the fiction of a common, unifying language that transcends divisions and cements the nation is at the heart of the construction of national identity in France. In this respect, it is a force of resistance to otherness insofar as it rejects the use of a language other than French in private life. This concept can also be interpreted as a way of neutralising possible oppositions, which would be organised around a community of languages other than French. The paper will hypothesise that these limits are partly due to the smoothing of linguistic and cultural diversity, linked to the republican conception of the Nation-State, based on the one country/one language model. The concealment of the visibility of diversity creates a deficit of legitimacy for the populations concerned and can lead to the emergence of hostile feelings towards the host society among certain categories of the population, or a feeling of self-hatred, anomie, loss of identity, insofar as it contributes to creating situations of latent linguistic and cultural conflicts. The paper will attempt to show that the recurrent community tensions in the segregated urban spaces of the suburbs lead to question the models of contemporary linguistic policies by showing that abstract universalism, based on linguistic and cultural unity, which does not recognise difference, and which may have appeared to be a bulwark against these drifts, has found its limits, as French current events have shown since the attacks in Paris in 2015 and Nice in 2016. These questions highlight, in a more general way, the challenge that the issue of immigration constitutes for European countries, and the need for new plurilingual and pluricultural directions to emerge.
Le français est largement évoqué comme critère d’identification de la communauté nationale. Il est un instrument politique et idéologique depuis la Révolution. L’invention de la fiction d’une langue commune, unificatrice, qui dépasse les clivages et cimente la nation est au cœur de la construction de l’identité nationale en France. En cela, elle est une force de résistance à l’altérité dans la mesure où elle rejette dans la vie privée, l’usage d’une autre langue que le français. On peut aussi interpréter cette conception comme une manière de neutraliser des oppositions éventuelles, qui s’organiseraient autour d’une communauté de langues autres que le français. La notion de langue commune sert à construire une identité culturelle qui se veut homogène, fondée sur le mythe d’une unité originaire (Crépon, 2001), et qui se fonde sur le principe, sinon le mythe de l’universalité de « la nature humaine » (Condorcet, 1794). Les tenants de cette conception s’opposent à une vision sociale multiculturelle, souvent dénoncée comme une menace pour l’intégrité de l’identité collective. On peut se demander toutefois si l’homogénéité culturelle ne relève pas du mythe. On peut aussi se demander si le modèle universaliste français ne contribue pas à instaurer une égalité purement formelle, si la liberté et l’égalité formelles issues de la Révolution n’ont pas un caractère potentiellement inégalitaire et enfin s’il ne serait pas pertinent de réévaluer les distinctions réelles de classe, de sexe, d’ethnie (Schnapper, 2000), impensées dans le système français. La communication fera l’hypothèse que ces limites tiennent pour partie au lissage de la diversité linguistique et culturelle, liée à la conception républicaine de l’État-Nation, fondé sur le modèle un pays/une langue. Cette conception occulte l’expression de la diversité linguistique et culturelle, qu’elle assimile à des manifestations d’ethnicité, que ne valide pas le modèle républicain français homogénéisant et unifiant. L’occultation de la visibilité de la diversité crée un déficit de légitimité pour les populations concernées et peut conduire à la naissance de sentiments hostiles à l’égard de la société d’accueil chez certaines catégories de la population, ou un sentiment de haine de soi, d’anomie, de perte d’identité, dans la mesure où elle contribue à créer des situations de conflits linguistiques et culturels latents. La communication tentera de mettre en évidence que les tensions communautaires récurrentes dans les espaces urbains ségrégués des banlieues conduisent à interroger les modèles des politiques linguistiques contemporaines en montrant que l’universalisme abstrait, fondé sur l’unité linguistique et culturelle, qui ne reconnaît pas la différence, et a pu apparaître comme un rempart contre ces dérives, a trouvé ses limites, comme l’a montré l’actualité française depuis les attentats de Paris en 2015 et de Nice en 2016. La situation contemporaine, du fait de la mondialisation et des phénomènes migratoires, conduit à se poser cette question et à envisager une forme d’identité collective, qui soit en mesure de tenir compte de la diversité des individus, de l’altérité et notamment de leurs langues, en admettant que la culture est hétérogène. Ces questionnements mettent en évidence, d’une manière plus générale, le défi, que constitue la question de l’immigration pour les pays européens, et la nécessité de faire émerger de nouvelles directions plurilingues et pluriculturelles.
No file

Dates and versions

hal-04070057 , version 1 (14-04-2023)

Licence

Copyright

Identifiers

  • HAL Id : hal-04070057 , version 1

Cite

Marie-Madeleine Bertucci. Integration of Migrants into French Society. The limits of the monolingual French universalist model. Migration Dynamics and New Trends in European (In)Security. Ninth Edition, Module Jean Monnet Nr. 620535, Quo Vadis Europe? European Security, National and Ethnic Minority Issues: from Theory to Practice; université Babes Bolyai; Erasmus +, Oct 2022, Cluj-Napoca, Romania. ⟨hal-04070057⟩
14 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More